Cour de cassation, 1e civ., 27 mars 2001, pourvoi numéro 99-17.672, publié au bulletin






Sur le moyen unique, pris en ses trois branches :

Attendu que M. Y…, chirurgien orthopédiste, a réalisé le 24 juin 1993, dans un établissement de santé privé, une arthroscopie du genou droit de M. X… ; que ce dernier ayant par la suite présenté une arthrite septique touchant ce genou a engagé une action contre le praticien, dont il a été débouté par l’arrêt confirmatif attaqué (Toulouse, 26 avril 1999) ;

 

Attendu qu’il appartient au patient de démontrer que l’infection dont il est atteint présente un caractère nosocomial, auquel cas le médecin est tenu d’une obligation de sécurité de résultat ; que l’arrêt attaqué, statuant par motifs propres et adoptés, a constaté que, quelques heures après la réalisation de l’arthroscopie, M. X…, dont le genou avait été pansé à la clinique, avait regagné son domicile, fait changer le pansement par un autre médecin quelques jours après et qu’il avait pu se livrer à des activités contre indiquées de nature à favoriser une contamination ; que les juges du fond, qui ont encore précisé que les premiers signes de l’infection sétaient manifesté six jours après l’intervention, la présence de staphylocoques dorés étant constatée sur un prélèvement du 7 juillet 1993, ont, par une appréciation souveraine, estimé qu’il n’était pas possible de déterminer ce qui était à l’origine de la présence de ce bacille, ce dont il résultait que M. X… ne rapportait pas la preuve du caractère nosocomial de son infection ;

 

PAR CES MOTIFS :

 

REJETTE le pourvoi.


Doctrine: