Conseil d’Etat, Assemblée, 2 avril 1943, Bouguen, requête numéro 72210, rec. p. 86






Vu la requête présentée pour le docteur X… Yves , demeurant à Saint-Brieuc, ladite requête enregistrée au Secrétariat du Contentieux du Conseil d’Etat le 9 décembre 1941 tendant à ce qu’il plaise au Conseil annuler une décision, notifiée le 10 juin 1940, par laquelle le Conseil supérieur de l’ordre des médecins a confirmé une décision du conseil départemental de l’ordre des médecins des Côtes-du-Nord lui refusant l’autorisation d’ouvrir un cabinet de consultations à Pontrieux ;

Vu la loi du 7 octobre 1940 ;

Vu la loi du 10 septembre 1942 ;

Vu la loi du 18 décembre 1940 ;

[…]

Sur la compétence :

Considérant qu’il résulte de l’ensemble des dispositions de la loi du 7 octobre 1940, en vigueur à la date de la décision attaquée, et notamment de celles qui prévoient que les réclamations contre les décisions du Conseil supérieur de l’Ordre des médecins prises en matière disciplinaire et en matière d’inscription au tableau seront portées devant le Conseil d’Etat par la voie du recours pour excès de pouvoir, que le législateur a entendu faire de l’organisation et du contrôle de l’exercice de la profession médicale un service public ; que, si le Conseil supérieur de l’Ordre des médecins ne constitue pas un établissement public, il concourt au fonctionnement dudit service ; qu’il appartient au Conseil d’Etat de connaître des recours formés contre les décisions qu’il est appelé à prendre en cette qualité et notamment contre celles intervenues en application de l’article 4 de la loi précitée, qui lui confère la charge d’assurer le respect des lois et règlements en matière médicale ; que, par suite, le docteur X… est recevable à déférer au Conseil d’Etat une décision par laquelle le Conseil supérieur a confirmé l’interdiction qui lui avait été faite de tenir des cabinets multiples et lui a ordonné de fermer son cabinet de Pontrieux ;

Sur la légalité de la décision attaquée :

Sans qu’il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête :

Considérant que les dispositions de l’article 27, alinéa 2, du code de déontologie arrêté par le Conseil supérieur de l’Ordre des médecins, en vertu desquelles il est interdit à un médecin installé dans une commune d’établir une consultation dans une autre commune, ont pour objet de déterminer l’une des règles générales applicables à la répartition géographique des cabinets médicaux ; qu’elles excèdent ainsi les limites des attributions conférées au Conseil supérieur de l’Ordre par l’article 4 de la loi précitée du 7 octobre 1940 qui le charge seulement d’édicter tous règlements d’ordre intérieur nécessaires pour atteindre les buts qui lui sont fixés ; que, par suite, en se fondant exclusivement, pour ordonner la fermeture du cabinet de consultations tenu à Pontrieux par le docteur X…, médecin otorhino-laryngologiste, sur ledit texte et sur les instructions émises pour son application, sans examiner d’ailleurs, ainsi que l’y invitaient expressément les dispositions mêmes de l’article précité, si la situation particulière dudit cabinet n’était pas de nature à justifier son maintien, le Conseil départemental de l’Ordre des médecins des Côtes-du-Nord a pris une décision qui manque de base légale ; que, dès lors, le docteur X… est fondé à soutenir qu’en confirmant ladite décision le Conseil supérieur a commis lui-même un excès de pouvoir ;

DECIDE : Article 1er : La décision susvisée du Conseil supérieur de l’ordre des médecins est annulée. Article 2 : Les frais de timbre exposés par le docteur X… s’élevant à 66 francs, ainsi que les frais de timbre de la présente décision, lui seront remboursés par le Conseil supérieur de l’ordre des médecins. Article 3 : Expédition de la présente décision sera transmise au Secrétaire d’Etat à la Santé.


Doctrine: