Droit administratif français – Deuxième Partie – Chapitre 1 – Section IV

Chapitre 1 : Sources de la légalité administrative - Section IV : Les principes généraux du droit


Date de fraîcheur: décembre 2014


Section IV : Principes généraux du droit

Les principes généraux du droit constituent des normes découvertes par le juge administratif et plus rarement par les juges de l’ordre judiciaire. Parfois consacrés par le législateur, ils se distinguent à la fois des « principes fondamentaux reconnus par les lois de la République » qui ont valeur constitutionnelle  et des « principes fondamentaux » mentionnés par l’article 34 de la Constitution, pour la définition desquels le législateur est exclusivement compétent.

§I- Origine et source

Le juge administratif ne crée pas les principes généraux du droit mais il les découvre « à partir des conceptions idéologiques de la conscience nationale et/ou d’une masse de textes constitutionnels, internationaux ou législatifs » (P.-L. Frier, J. Petit, Précis de droit administratif, coll. Domat, Montchrestien 8ème éd. 2013, p.108).

Le juge a eu recours à cette technique à l’occasion d’un arrêt de Section du Conseil d’Etat du 5 mai 1944 Dame Veuve Trompier-Gravier (Rec. p.133 ; D. 1945, p.110, concl. Chenot, note de Soto ; RDP 1944, p.256, concl. Chenot, note Jèze). En l’espèce, le Conseil d’Etat était saisi d’un recours dirigé contre une décision préfectorale retirant une autorisation d’exploiter un kiosque à journaux au motif que son titulaire avait voulu extorquer des fonds à son gérant. Cette décision est annulée au motif que le préfet a commis une violation des droits de la défense. En effet, « eu égard à la gravité de cette sanction, une telle mesure ne pouvait légalement intervenir sans que la dame veuve Trompier-Gravier eût été mise à même de discuter les griefs formulés contre elle ».

Cependant, si cet arrêt est à l’origine des principes généraux du droit, cette expression apparaît seulement dans l’arrêt d’Assemblée Aramu et a. du 26 octobre 1945, qui se réfère également au principe du respect des droits de la défense (Rec. p.213 ; D. 1946 p.158, note Morange ; EDCE 1947, n°1, p.48, concl. Odent ; S. 1946, III, p.1, concl. Odent).

Les solutions retenues dans ces deux affaires sont manifestement inspirées par la loi du 24 avril 1905 qui prévoit la communication de leur dossier aux fonctionnaires qui doivent faire l’objet de sanctions disciplinaires. Cependant, ce n’est pas ce texte que les juges appliquent directement, mais le principe général du droit qui l’inspire et qui a vocation à s’appliquer à d’autres cas de figure que ceux qu’il vise.

La technique des principes généraux du droit s’est ensuite perfectionnée et leurs sources se sont diversifiées. En effet, pour qu’ils permettent la censure d’actes administratifs, les principes généraux du droit doivent être découverts dans des normes, ou des valeurs, qui les transcendent. S’il peut s’agir  « des exigences de la conscience juridique du temps et … de celles de l’Etat de droit » (R. Chapus, Droit administratif général, coll. Domat, Montchrestien, 15ème éd. 2001, p.95), les principes généraux du droit trouvent plus sûrement leurs sources dans des normes supérieures à ces actes : il peut donc s’agir aussi bien de lois, de traités internationaux ou de normes de valeur constitutionnelle.

La principale source des principes généraux du droit est constituée par le préambule de la Constitution de 1958 et les textes auxquels il renvoie. Comme l’a précisé le Conseil d’Etat dans son arrêt de Section Syndicat général des ingénieurs conseils du 26 juin 1959 « dans l’exercice de ses attributions » le titulaire du pouvoir règlementaire est en effet tenu de respecter « les principes généraux du droit qui, résultant notamment du préambule de la Constitution, s’imposent à toute autorité règlementaire même en l’absence de dispositions législatives» (requête numéro 92099 : Rec. p.364 ; RDP 1959, p.1004, concl. Fournier).

Exemple :

CE Sect., 9 mars 1951, Société des concerts du conservatoire  (Rec. p.151 ; Dr. Soc. 1951, p.368, concl. Letourneur, note Rivero ; S. 1951, III, p.81, note C.H.) : le Conseil d’Etat reconnaît l’existence d’un principe général du droit d’égalité régissant l’accès aux services publics, ce principe trouvant sa source dans les textes constitutionnels.

Rien ne s’oppose également à ce qu’un principe général du droit trouve son inspiration dans des traités internationaux.

Exemple :

CE Ass., 1er avril 1988, requête numéro 85234, Bereciartua-Echarri (Rec. p.135 ; AJDA 1988, p.322, chron. Azibert et de Boisdeffre ; D. 1988, p.413, note Labayle ; JCP 1988, 21071, concl. Vigouroux ; RFDA 1988, p.499, note Genevois) : les principes généraux du droit applicables aux réfugiés, résultant notamment de la définition donnée par la Convention de Genève, font obstacle à ce qu’un réfugié soit remis, de quelque manière que ce soit, par un Etat qui lui reconnaît cette qualité, aux autorités de son pays d’origine, sous la seule réserve des exceptions prévues pour des motifs de sécurité nationale par ladite convention.

Cette démarche a également été adoptée par le tribunal administratif de Strasbourg, dans une décision Entreprise de transports Freymuth du 8 décembre 1992 qui reconnaît l’existence d’un principe général du droit de confiance légitime qui impose à l’administration de prévoir des mesures transitoires dans l’hypothèse où un changement de législation ou de règlementation est susceptible d’occasionner des préjudices (AJDA 1995, p. 555, concl. Pommier ; RFDA1995, p. 963, chron. Heers). Cependant, si le Conseil d’Etat,  statuant comme juge de cassation dans un arrêt du 9 mai 2001, a reconnu l’existence d’un principe de confiance légitime, il a refusé de le qualifier de principe général du droit (requête numéro 210944 : Rec. tables, p. 865 ; Environnement 2001, 11, note Deharbe). Selon lui, en effet, « ce principe qui fait partie des principes généraux du droit communautaire, ne trouve à s’appliquer dans l’ordre juridique national que dans le cas où la situation juridique dont a à connaître le juge administratif français est régie par le droit communautaire ». Il s’agit donc d’une norme de droit international dont le champ d’application ne concerne que les affaires relevant du droit communautaire.

Enfin, le Conseil d’Etat peut rechercher des principes généraux du droit dans des textes qui ne s’appliquent normalement qu’aux personnes privées, et notamment dans certaines dispositions du Code du travail. Dans de tels cas, il est important d’insister, une fois encore, sur le fait que ce n’est pas le Code du travail qu’applique le Conseil d’Etat, mais le principe qui « inspire » certaines de ses dispositions, ce principe ayant vocation à s’appliquer dans d’autres cas que ceux régis par elles.

Exemple :

CE  Ass., 8 juin 1973, requête numéro 80332, Dame Peynet (Rec. p. 406, concl. Grévisse ; JCP G 1975, II, 17957, note Saint-Jours ; AJDA 1973, p. 587, chron. Léger et Boyon.): le Conseil d’Etat estime que « le principe général, dont s’inspire l’article 29 du livre 1er du Code du Travail, selon lequel aucun employeur ne peut, sauf dans certains cas, licencier une salariée en état de grossesse, s’applique aux femmes employées dans les services publics lorsque, comme en l’espèce, aucune nécessité propre à ces services ne s’y oppose ».

§II- Diversité des principes généraux du droit

Depuis les arrêts Aramu (préc.) et Dame Veuve Trompier-Gravier (préc.), la catégorie des principes généraux du droit s’est développée de façon importante, dans des domaines assez diversifiés, ce qui rend assez malaisée l’établissement d’une typologie.

Il semble néanmoins que ces principes peuvent être classés en deux catégories : certains ont une portée générale et se rattachent aux idéaux d’une société démocratique et à la protection des droits de l’homme, alors que d’autres se rattachent à l’idée de sécurité et de protection juridiques.

I- Principes se rattachant aux idéaux d’une société démocratique et à la protection des droits de l’homme

De nombreux principes généraux du droit se rattachent aux notions d’égalité, de liberté et de protection des libertés fondamentales.

Le principe d’égalité a ainsi été consacré comme principe général de droit, sous les différentes formes qu’il peut revêtir. A titre d’exemples, constituent  des principes généraux du droit :

– Le principe d’égal accès au service public  (CE Sect., 9 mars 1951, Société des concerts du conservatoire, préc.) ;

– Le principe d’égal accès aux emplois publics (CE Ass., 28 mai 1954, Barel et a. : Rec. p. 308, concl. Letourneur ; S. 1954, III, p. 91, note Mathiot ; D. 1954, jurispr. p. 594, note Morange ; RDP 1954, p. 509, note Waline ; RPDA 1954, n° 149, note Eisenmann ; AJDA 1954, p. 396, note Long ; Rev. adm. 1954, p. 393, note Liet-Veaux) ;

– Le principe d’égalité de traitement des usagers des services publics (CE Ass., 25 juin 1948, Société du  journal l’Aurore : Rec. p.289 ; D. 1948, p.437, note Waline ; S. 1948, III, p.69, concl. Letourneur) ;

– Le principe d’égalité devant les charges publiques (CE Ass., 7 février 1958, Syndicat des propriétaires de forêts de chênes-lièges d’Algérie : Rec. p.74 ; AJDA 1958, 2, p.130, concl. Grévisse et chron. Fournier et Combarnous) ;

– Le principe d’égalité devant l’impôt (CE Ass. 22 février 1974, requête numéro 86102, Association des maires de France : Rec. p.136 ; CJEG 1974, p.95, concl. Gentot ; D. 1974, p. 520, note Durupty) ;

– Le principe d’égalité devant le suffrage (CE 30 novembre 1990, requête numéro 103889, Association « Les Verts » : AJDA 1991, p. 114).D’autres principes se rapportent aux différentes libertés et droits fondamentaux. Sont par exemple concernés :

– La liberté d’aller et de venir (CE, 20 mai 1955, Société Lucien et Cie : Rec. p.276 ; RJPUF 1956, p.204, concl. Mosset) ;

– le principe de la liberté du commerce et de l’industrie (V. par exemple CE Sect., 13 mai 1994, requête numéro 112409, Président de l’Assemblée territoriale de la Polynésie française : Rec. p.234 ; RDP 1994, p.1557, concl. Scanvic) ;

– Le principe du respect de la dignité de la personne humaine (CE Ass., 2 juillet 1993, requête numéro 124960, Milhaud : Rec. p.194, concl. Kessler ; RFDA 1993, p.1002, concl. Kessler ; AJDA 1993, p. 530, chron. Maugüé et Touvet ; JCP 1993, I, 3700, chron. Picard ; LPA 2 décembre 1994, p.19, note Schaegis ; JCP G 1993, II, 22133, note  Gonod) ;

La plupart de ces principes généraux du droit ont une portée assez générale. Si, comme on l’a vu, les sources de ces principes se sont diversifiées, les principes les plus récents dégagés par le Conseil d’Etat ont un champ d’application souvent plus restreint.

Le Conseil d’Etat a ainsi consacré un certain nombre de principes généraux du droit qui s’appliquent spécifiquement aux étrangers, en particulier lorsqu’ils font l’objet d’une procédure d’extradition.

Exemples :

CE Ass., 25 septembre 1984, requête numéro 62847, Lujambio Galdeano (Rec. p.307 ; AJDA 1984, p.669, chron. Schoettl et Hubac ; JCP 1984, 20346, concl. Genevois, note Jeandidier ; RFDA 1985, p.183, note Labayle ; Rev. Sc. Crim. 1984, p.804, note Lombois) : le Conseil d’Etat consacre le principe selon lequel il est impossible d’extrader un individu lorsque le système judiciaire du pays requérant ne respecte pas les droits et les libertés fondamentaux de la personne.

CE, 13 octobre 2000, requête numéro 212865, Kozirev (RFDA 2000, p.1365, concl. de Silva ; EDCE 2001, n°52, p.39.- V. également CE, 28 juillet 2000, requête numéro 206525, Sarr.- CE, 14 novembre 2011, requête numéro 345258, Ucar) : il résulte des principes généraux du droit que l’extradition d’un étranger peut être refusée si elle est susceptible d’avoir des conséquences d’une gravité exceptionnelle pour la personne réclamée, notamment en raison de son âge et de son état de santé.

D’autres principes ont également vocation à s’appliquer spécifiquement aux réfugiés.

Exemples :

CE Ass., 1er avril 1988, requête numéro 85234, Bereciartua-Echarri (préc.) : le Conseil d’Etat découvre l’existence d’un principe général du droit faisant obstacle à ce qu’un réfugié soit remis, de quelque manière que ce soit, aux autorités de son pays d’origine.

CE Ass., 2 décembre 1994, requête numéro 112842, Agyepong (Rec. p.523, concl. Denis-Linton ; AJDA 1994, p.878, chron. Touvet et Stahl; D. 1995 somm. comm. p.171, obs. Julien-Laferrière ; RFDA 1995, p.86, concl. Denis-Linton) : les principes généraux du droit applicables aux réfugiés, résultant notamment des stipulations de la Convention de Genève, imposent, en vue d’assurer pleinement au réfugié la protection prévue par ladite convention, que la même qualité soit reconnue à la personne de même nationalité qui était unie par le mariage à un réfugié à la date à laquelle celui-ci a demandé son admission au statut, ainsi qu’aux enfants mineurs de ce réfugié.

Enfin, il existe toute une série de principes généraux du droit qui ont vocation à protéger les droits des fonctionnaires et agents de l’administration.

Exemples :

– CE  Sect., 8 juin 1973, Dame Peynet (requête numéro 80332, préc.): le Conseil d’Etat reconnaît le principe général selon lequel aucun employeur ne peut, sauf dans certains cas, licencier une salariée en état de grossesse, qui s’applique aux femmes employées dans les services publics lorsque, comme en l’espèce, aucune nécessité propre à ces services ne s’y oppose.

CE Sect., 23 avril 1982, requête numéro 36851, Ville de Toulouse c. Aragnou (Rec. p. 151, concl. Labetoulle ; AJDA 1982, p. 440, chron. Tiberghien et Lasserre ; D. 1983, p. 8, note Auby ; RDP 1983, p. 1077, note de Soto) : il existe un principe général du droit applicable à tout salarié selon lequel tout agent non titulaire a le droit à un minimum de rémunération qui, en l’absence de dispositions plus favorables, ne saurait être inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC).

– CE, 27 mars 2000, requête numéro 155831, Brodbeck (JCP G 2000, II, 10428) : reconnaissance du  principe en vertu duquel nul ne peut résilier ou refuser de renouveler le contrat de travail d’un salarié en considération du sexe ou de la situation de famille ou sur la base de critères de choix différents selon le sexe ou la situation de famille.

CE, 2 octobre 2002, requête numéro 227868, Chambre du commerce et de l’industrie de Meurthe-et-moselle  (AJDA 2002, p. 997, obs. de Montecler et p. 1295, concl. Piveteau ; LPA 17 juin 2003, p. 17, note Toublanc) : il existe un principe général du droit selon lequel lorsqu’il a été médicalement constaté qu’un salarié se trouve de manière définitive atteint d’une inaptitude physique à occuper son emploi, il appartient à l’employeur de le reclasser dans un autre emploi et, en cas d’impossibilité, de prononcer, dans les conditions prévues pour l’intéressé, son licenciement.

CE, avis, 25 septembre 2013, Sadlon, requête numéro 365139 : un agent contractuel ne peut tenir de son contrat le droit de conserver l’emploi pour lequel il a été recruté, lorsque l’autorité administrative entend affecter un fonctionnaire sur cet emploi. L’administration peut donc, pour ce motif, légalement écarter l’agent contractuel de cet emploi. Il résulte toutefois d’un principe général du droit qu’il incombe à l’administration, avant de pouvoir prononcer le licenciement d’un agent contractuel recruté en vertu d’un contrat à durée indéterminée pour affecter un fonctionnaire sur l’emploi correspondant, de chercher à reclasser l’intéressé.

II- Principes se rattachant à l’idée de protection et de sécurité juridique

Il existe différents principes généraux du droit qui ont vocation à assurer le bon fonctionnement de l’ordre juridique interne, dans le souci d’une protection des droits des administrés. A ce titre peuvent notamment être mentionnés :

– Le principe de non-rétroactivité des actes administratifs (CE Ass., 25 juin 1948, Société du journal l’Aurore, préc.) ;

– Le droit d’exercer un recours pour excès de pouvoir contre toute décision administrative (CE Ass., 17 février 1950, Dame Lamotte : Rec. p. 110 ; RDP 1951, p. 478, concl. Delvolvé, note Waline) ;

– Le caractère contradictoire de la procédure contentieuse suivie par les juridictions administratives (CE Sect., 12 mai 1961, Société La Huta : Rec. p. 313) ;

– Le principe garantissant aux administrés que toute autorité administrative est tenue de traiter les affaires les mettant en cause de façon impartiale (CE, 27 octobre 1999, requête numéro 196251, Fédération française de football : JCP 2000, 10376, note Piastra) ;

– Le principe selon lequel l’autorité compétente, saisie d’une demande tendant à l’abrogation d’un règlement illégal, est tenu d’y déférer (CE Ass., 3 février 1989, requête numéro 74052, Compagnie Alitalia, requête numéro 74052, préc.).

– L’obligation dans laquelle l’autorité administrative se trouve de publier dans un délai raisonnable les règlements qu’elle édicte, sauf lorsqu’elle justifie, sous le contrôle du juge, de circonstances particulières y faisant obstacle (CE, 12 décembre 2003, requête numéro 243430, Syndicat des commissaires et hauts fonctionnaires de la police nationale Rec. p. 506 ; AJDA 2004, p. 442, note H. M.).

Le principe selon lequel l’autorité administrative ne doit pas appliquer un règlement illégal, même en l’absence de toute décision juridictionnelle qui en aurait prononcé l’annulation ou l’aurait déclaré illégal (CE, avis, 9 mai 2005, requête numéro 277280 : Marangio JCP A 2005, 1253, note Billet).

– Le principe selon lequel : « si les actes administratifs doivent être pris selon les formes et conformément aux procédures prévues par les lois et règlements, un vice affectant le déroulement d’une procédure administrative préalable, suivie à titre obligatoire ou facultatif, n’est de nature à entacher d’illégalité la décision prise que s’il ressort des pièces du dossier qu’il a été susceptible d’exercer, en l’espèce, une influence sur le sens de la décision prise ou qu’il a privé les intéressés d’une garantie (CE Ass., 23 décembre 2011, requête numéro 335033 Danthony : AJDA 2012, p. 195, chron. Domino et Bretonneau ; Dr. adm. 2012, 22, note Melleray ; JCP A 2012, 2089, note Broyelle ; JCP G 2012, 558, note Connil ; RFDA 2012, p. 284, concl. Dumortier et note Cassia).

Concernant les agents publics, peut aussi être mentionné le principe selon lequel lorsqu’un agent public est mis en cause par un tiers à raison de ses fonctions, il incombe normalement à la collectivité publique dont il dépend de le couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui ( CE Sect., 8 juin 2011, requête numéro 312700, Farre : Rec. p. 170l .- V. également Conseil d’Etat, SSR, 11 février 2015, requête numéro 372359, Garde des Sceaux, publié au recueil : JCP A 2015, 2112, note Jean-Pierre).

Beaucoup plus rarement, des principes généraux du droit ont été dégagés, non pas dans un but de protection des administrés, mais en vue de protéger l’administration dans l’exécution de ses missions. Sont concernés, à ce titre, le principe de continuité du service public (CE Ass., 7 juillet 1950, Dehaene préc.) et le principe selon lequel les biens des personnes publiques sont insaisissables (Cass. civ. I., 21 décembre 1987, pourvoi numéro 86-14167, B.R.G.M. c. Sté Lloyd Continental : Bull. civ. n°348, p.249 ; RFDA 1988, p. 771, concl. Charbonnier et note Pacteau ; CJEG 1988, jurispr. p. 107, note Richer ; JCP G 1989, II, 21183, note Nicod ; RTD civ. 1989, p. 145, note Perrot).

Ces nombreux principes renvoient aux principes plus généraux de confiance légitime et de sécurité juridique tels qu’ils ont été dégagés par la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne. Cependant, le Conseil d’Etat a longtemps été réticent à reconnaître l’existence de ces principes en tant que tels. Ainsi par exemple, dans un arrêt Entreprise Chagnaud et a. du 30 décembre 1998, les juges ont estimé que ces principes n’avaient vocation à s’appliquer que pour les situations régies par le droit communautaire (requête numéro 189315 : AJDA 1999, p. 96 ; BJCP 4/1999, p. 384, obs. Schwartz). Le Conseil d’Etat a toutefois fini par opérer un revirement de jurisprudence conduisant à reconnaître l’existence d’un principe général du droit de sécurité juridique à l’occasion de l’arrêt d’Assemblée Société KPMG et a. du 24 mars 2006 (requête numéro 288460requête numéro 288465requête numéro 288474requête numéro 288485 : AJDA 2006, p. 1028, chron. Landais et Lenica; Dr. adm. 2006, 71 ; JCP A 2006,1120, note Belorgey ; RFDA 2006, p. 545, concl. Aguila ; Europe 2006, 142, note Simon.- V. également CE Sect., 27 octobre 2006, requête numéro  260767, Société Techna : JCP A 2007, 2001. – CE Sect., 13 décembre 2006, requête numéro 287845, Lacroix : AJDA 2006, p. 2369.- CE, 16 juin 2008, requête numéro 296578requête numéro 296590, Fédération  syndicale dentaires libéraux et a.). Ce principe oblige l’autorité investie du pouvoir règlementaire  à édicter les mesures transitoires qu’implique, s’il y a lieu, une règlementation nouvelle, en particulier lorsque les règles nouvelles sont susceptibles de porter une atteinte excessive à des situations contractuelles en cours qui ont été légalement nouées.

Exemples :

CE, 25 juin 2007, requête numéro 304888, Syndicat CFDT du ministère des Affaires étrangères : l’autorité compétente peut modifier le contenu du programme et des épreuves d’un concours. En effet, le pouvoir règlementaire dispose de la possibilité de modifier à tout moment les normes qu’il définit sans que les personnes auxquelles sont, le cas échéant, imposées de nouvelles contraintes puissent invoquer un droit au maintien de la règlementation existante. Les nouvelles normes ont vocation à s’appliquer immédiatement, dans le respect des exigences attachées au principe de non-rétroactivité des actes administratifs. Toutefois, dans le cas où des nouveautés substantielles sont introduites dans les épreuves du concours, lorsque ces modifications exigent de la part des candidats un travail long et spécifique et qui du point de vue de l’administration ont pour objet d’adapter le recrutement de fonctionnaires à l’évolution des métiers administratifs, cette dernière doit avancer des motifs d’intérêt général qui exigent leur application immédiate. Si tel n’est pas le cas, l’administration a l’obligation de prendre des mesures transitoires relatives aux concours. – CE, 30 décembre 2013, requête numéro 352901 Union des syndicats de l’immobilier  : le requérant soutient que le ministre ne pouvait légalement procéder, eu égard au principe de sécurité juridique, à l’extension d’avenants à une convention collective, faute pour ceux-ci de prévoir les mesures transitoires nécessaires à l’adaptation ou à la dénonciation des contrats en cours. Toutefois, il apparaît que les organisations d’employeurs ont pu informer les entreprises de la branche, dès la signature de l’avenant, des obligations qui seraient mises à leur charge à compter du premier jour du mois suivant la publication de l’arrêté d’extension. Dans ces conditions, le principe de sécurité juridique n’a pas été méconnu.

§III- Valeur des principes généraux du droit

La question de la valeur des principes généraux du droit a longtemps agité la doctrine, et tous les auteurs ne sont pas encore d’accord sur ce point.

On pourrait penser, de prime abord, que les principes généraux du droit ont une valeur constitutionnelle, ce qui peut se justifier par le fait que la plupart de ces principes trouvent leur source dans le Préambule de la Constitution de 1958. Toutefois, cette thèse soulève deux difficultés majeures. D’une part, comme on l’a vu, tous les principes généraux du droit ne trouvent pas leur source dans le Préambule. D’autre part, elle confond la question de la source de ces principes – qui peut être constitutionnelle – et celle de leur valeur.

Une seconde thèse confère aux principes généraux du droit une valeur législative. Cette explication est plus convaincante que la précédente puisque ces principes peuvent en effet permettre au juge de pallier les carences du législateur pour réaliser un contrôle étroit des actes administratifs, ce qui est particulièrement avéré lorsqu’il s’agit de règlements autonomes. Cependant, cette thèse peut faire l’objet d’une objection majeure : les principes généraux du droit ne sauraient avoir une valeur législative puisque la loi prévaut toujours sur eux.

Enfin, selon la thèse de M. Chapus, les principes généraux du droit ont une valeur infra-législative et supra-décrétale (De la valeur des principes généraux du droit et autres règles jurisprudentielles du droit administratif : D. 1966, chron. p.119). L’analyse de M. Chapus prend comme point de départ le rôle du juge administratif et la portée de ses décisions. Il observe, tout d’abord, que le rôle du juge administratif est de contrôler les actes administratifs par rapport à la loi. Si un acte administratif est illégal, il peut donc l’annuler, et cela même s’il émane des plus hautes autorités administratives de l’Etat. Par conséquent, les principes généraux du droit ont une valeur supra-décrétale. En revanche, le juge administratif a l’obligation de respecter la loi, ce qui implique que ces principes ont une valeur infra-législative. Compte tenu de la hiérarchie de normes en droit interne français, les principes généraux du droit ont également une valeur infra-conventionnelle ( CAA Bordeaux, 10 décembre 2015, requête numéro 15BX01807, Chambre de commerce et d’industrie Pau Béarn : AJDA 2016, p. 562, concl. Munoz-Pauziès).

Cette troisième thèse est de loin la plus convaincante puisque, en effet, les principes généraux du droit ne s’appliquent qu’à défaut d’un texte de loi contraire. Toutefois, matériellement, de nombreux principes généraux du droit – le principe d’égalité par exemple –  sont identiques à des principes de valeur constitutionnelle, ce qui tient au fait qu’ils trouvent souvent leur source dans le Préambule de la Constitution. Cependant, dans l’hypothèse où une loi contraire à un principe de valeur constitutionnelle serait malgré tout adoptée, le juge administratif ne pourrait pas sanctionner l’acte administratif pris en application de cette loi, alors même qu’il existerait un principe général du droit dont le contenu est identique. Dans ce cas, en effet, la théorie de la loi écran lui interdirait de censurer l’inconstitutionnalité de la loi. En revanche, le Conseil constitutionnel pourrait être saisi dans le cadre de la procédure de question prioritaire de constitutionnalité.

Pierre Tifine

Professeur de droit public à l'Université de Lorraine. Directeur adjoint de l'IRENEE


Doctrine:

Pour aller plus loin  : - Chapus (R.), De la valeur des principes généraux du droit et autres règles jurisprudentielles du droit administratif : D. 1966, chron. p.119. - Gonod (P.) et Jouanjan (O.), A propos des sources du droit administratif : AJDA 2005, p.992. - Labetoulle (D.), Le juge administratif et la jurisprudence : Rev. Adm. 1999, n° spécial, p.59. - Letourneur (M.), Les principes généraux du droit et la jurisprudence du Conseil d’Etat : EDCE 1951, p.19. - Melleray (F.), Le droit administratif doit-il redevenir jurisprudentiel ? Remarques sur le caractère paradoxal de son caractère jurisprudentiel : AJDA 2005, p.637. - Moderne (F.), Actualité des principes généraux du droit : RFDA 1998, p.495. - Moderne (F.), Légitimité des principes généraux du droit et théorie du droit : RFDA 1999, p.722. - Teboul (G.), Nouvelles remarques sur la création du droit par le juge administratif dans l’ordre juridique interne : RDP 2002, p.1363.


Citer cette publication :

vignette_tifinedroitadministratif, ' Droit administratif français – Deuxième Partie – Chapitre 1 – Section IV, Chapitre 1 : Sources de la légalité administrative - Section IV : Les principes généraux du droit ' : Revue générale du droit on line, 2013, numéro 5630 (www.revuegeneraledudroit.eu/?p=5630)